Discriminations,  Régime

Pourquoi le poids n’est pas un curseur de santé ?

Un jour un collègue de promotion de la santé avec qui j’échangeais sur ma vision de la diététique m’a posé une question très intéressante : « Tu n’as pas peur avec ce discours-là de contrer les messages de santé publique qui valorise la perte de poids pour la santé ? ».

Ma réponse est clairement non.

Non, tout simplement car une idée reçue s’est diffusée depuis quelques années qui mérite qu’on la déconstruise. Un raccourci dangereux responsable de souffrances pour de nombreux individus.

Cette croyance est qu’il faut être mince pour être en bonne santé.

Alors attention je ne nie pas que les problèmes de poids puissent constituer des facteurs de risque pour de nombreuses pathologies. Je ne nie pas, non plus, que certaines personnes aient des problèmes de poids qui sont la résultante de mauvaises habitudes de vie et que les conseils hygiéno-diététiques puissent contribuer à une perte de poids et à une meilleure santé (et là j’en profite pour rappeler l’importance d’aller voir un diététicien en libéral, seul vrai professionnel de santé apte pour une prise en charge adaptée).

Mais il ne faut surtout pas oublier que la prise de poids est la résultante d’une multitude de facteurs. Parmi ces facteurs, il y en a sur lesquels nous n’avons pas de pouvoir d’action (le facteur génétique étant le plus parlant).

De plus, certaines personnes auront un poids d’équilibre, c’est-à-dire le poids maintenu en répondant à ses besoins alimentaires et à une pratique d’activité physique régulière, qui sortira des « normes médicales de l’IMC » (Indice de Masse Corporelle) et des images des corps médiatisés.

Par conséquent, une personne peut être en surpoids/obésité et avoir une bonne hygiène de vie tout comme une personne peut-être mince et avoir une mauvaise hygiène de vie.

Le poids n’est donc pas un curseur de bonne santé et il est très réducteur de le placer en tant que tel.

Cette généralisation est responsable de souffrances pour de nombreuses personnes qui ne rentrent pas dans les normes actuelles de poids et qui sont alors victimes de stigmatisation et de discrimination.

Cette généralisation peut également générer de la pression et inciter des personnes à suivre un régime amaigrissant alors qu’elles n’ont pas de problèmes de santé. Cette envie de perdre du poids, pour des raisons esthétiques et de conformité, peut entrainer les personnes dans le cycle infernal des régimes générant perte et reprise de poids et altérant leur relation avec l’alimentation.

Le poids est certes un facteur de risque pour de nombreuses pathologies mais qui s’inscrit dans une hygiène de vie globale : tabac, alcool, alimentation, pratique d’activité physique etc. Arrêtons de nous focaliser sur le chiffre mais intéressons-nous plutôt à améliorer l’hygiène de vie globale de la personne.

Il est tellement facile de juger les comportements d’une personne ayant une problématique de poids alors qu’on ne se permettra pas de remettre en question l’hygiène de vie d’une personne mince et qui pourtant peut-être catastrophique.

Il serait réellement intéressant de sortir de ce paradigme de poids pour viser un paradigme de bien-être.

L’adoption de bonnes habitudes de vie devraient être un objectif pour toutes les personnes qui le désirent quel que soit leur poids.

L’objectif final devrait être d’encourager chez la personne une relation saine avec son corps et son alimentation et viser son bien-être global et non le chiffre sur une balance.

Sources :

Oppert J-M. (2003) – Sédentarité et obésité. In : Pour une approche scientifique de l’obésité. Ed médicales et scientifiques Elsevier : 51-63

Groupe d’expertise collective de l’Inserm – (2007) Obésité – Déterminants biologiques et comportementaux- Bilan et évaluation des programmes de prévention et de prise en charge – Obésité volume 2, pages 32–38

https://equilibre.ca/lobesite-et-prejuges-a-legard-du-poids-une-responsabilite-individuelle-ou-collective/

https://www.jim.fr/en_direct/pro_societe/e-docs/obesite_des_gros_prejugesentretenus_par_les_recommandations__181986/document_actu_pro.phtml

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *